• Avec Gaëlle M.

    Jeunes et moins jeunes, soyez prêts pour le retour du corsaire le plus celèbre de l'espace : Albator, aussi connu sous le nom de Harlock

    Et pour les nostalgiques de Récré A2 et de Dorothée (et il y en a), le générique de la série de 1978 !

     


    2 commentaires
  • De MF

    Zoom Japon de juin présente  un Webdocu de Guillaume Tauveron "Ce Japon qu'on aime tant" à voir ici :

     


    votre commentaire
  • Avec MF :

    A revoir sur Arte replay :

    Un reportage sur Sakura (pour le lancer, cliquez) :

    Japon sur les écrans et à la radio

    Un reportage sur le jardin zen  (pour le lancer, cliquez) :

    Japon sur les écrans et à la radio


    Sortie du DVD Ame et Yuki (image cliquable) :

     

    Et retrouvez dans l'émission Tire ta langue sur France-Culture, une auteur que le Blog ami Lire le Japon nous a fait connaître il y a déjà quelques semaines : Ryoko Sekiguchi. Dans Le Club des Gourmets, elle a réuni et traduit avec Patrick Honnoré plusieurs nouvelles de la littérature japonaise qui nous raconte la gastronomie et la de culture de la table au Japon.

    Pour entendre l'émission, cliquez :

    Japon sur les écrans et à la radio


    votre commentaire
  • De MF

    Le cinéma japonais est de nouveau à l’honneur avec la sortie à une semaine d’intervalle des films Shokuzai. Celles qui voulaient se souvenir et Shokuzai. Celles qui voulaient oublier.

    C’est au réalisateur du superbe Tokyo Sonata, KUROSAWA Kiyoshi, que l’on doit cette adaptation d’un roman à succès de Minato Kanae.

    Dans un village tranquille, la petite Emili joue avec quatre autres fillettes quand un homme l’emmène et l’assassine dans le gymnase de l’école. Ses camarades, sous le choc, sont incapables de se souvenir du visage de l’assassin. Asako, la mère d’Emili, les met en garde : si elles ne se souviennent pas, elles devront faire « pénitence » toute leur vie, shokuzai en japonais. On les retrouve quinze plus tard. Ont-elles retrouvé la mémoire et Asako a-t-elle fait son deuil ?

    A l’origine, Shokuzai est une mini-série pour la télévision japonaise. Les cinq épisodes sont donc devenus un film en deux volets pour le cinéma. Dans le premier, on suit les personnages de Sae et de Maki, celles qui veulent se souvenir. Le second se concentre sur Akiko et Yuka qui veulent oublier.

    Pour voir la bande-annonce, cliquez sur l'image :

     贖罪 Shokuzai

    A Lille, les films sont programmés au Majestic qui organise une soirée spéciale le samedi 8 juin avec la projection des deux films à 18h45 et 21h.


    votre commentaire
  • Avec MF

    Pour ceux qui, comme nous, sont ses inconditionnels, le Prix du Jury du festival de Cannes remis à KORE-EDA Hirozaku pour Soshite Chichi ni Naru (Tel Père, tel Fils), est une reconnaissance (enfin !) de son immense talent, en particulier à décrire la famille japonaise (dans tous ses états) et à filmer merveilleusement les enfants :

    (Images cliquables vers les fiches des films)

    Hirozaku KORE-EDA récompensé au festival de Cannes

    Le cinéma asiatique est par ailleurs bien représenté au palmarés avec : 

    - Le prix du scénario pour un film chinois produit par les producteurs japonais de Office Kitano, à Jia Zhangke, pour Tian Zhu Ding (A Touch Of Sin) :

       Hirozaku KORE-EDA récompensé au festival de Cannes ! 

    - Le prix de la Caméra d'or attribué à Anthony Chen (Singapour) pour Ilo Ilo :

        Hirozaku KORE-EDA récompensé au festival de Cannes ! 

    - La palme d'or du court métrage pour le film Safe du coréen Moon Byoung-gon  :  

    Hirozaku KORE-EDA récompensé au festival de Cannes !
     

    Et la réalisatrice Naomi Kawase était membre du jury, elle portait un sublime kimono :

    Hirozaku KORE-EDA récompensé au festival de Cannes ! 

    votre commentaire
  • de MF

    C’est au tour du réalisateur MIIKE Takashi de présenter son nouveau film Wara no Tate, lui aussi en compétition officielle.

    Festival de Cannes, côté Japon (suite)

    La petite-fille du milliardaire Ninagawa est retrouvée assassinée. Pour la venger, il promet d’offrir un milliard de yens à celui qui éliminera l’assassin présumé, Kiyomaru. Un défi pour la police qui doit assurer la protection du suspect lors de son transfert à Tôkyô. Surtout que l’exorbitante récompense attire des milliers de justiciers amateurs.

    Déjà présent à Cannes en 2011 pour Hara-Kiri : mort d’un samouraï, MIIKE Takashi signe cette fois un polar urbain ultra violent.

    Pour la bande-annonce en japonais, cliquez :


    votre commentaire
  • De MF :

    C’est le grand soir pour Soshite Chichi ni Naru (Tel Père, tel Fils), le nouveau film de KORE-EDA Hirozaku, le réalisateur du formidable Nobody Knows et plus récemment de I wish. Sélectionné en compétition officielle, le film est projeté ce soir à Cannes.

    Le film aborde la question de la paternité à travers le personnage de Ryota qui forme avec sa femme et leur enfant de six ans une famille idéale. Jusqu’au jour où ces parents comblés apprennent par la maternité que leur fils n’est pas vraiment le leur. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il a été échangé avec un autre juste après sa naissance. Que faire ? Partir à la recherche de cet enfant biologique ou continuer à vivre comme si de rien n’était avec ce fils qu’ils élèvent depuis six ans ?

    Pour la fiche du film sur le site du festival, cliquez sur l'image ci-dessous :

    Festival de Cannes, côté Japon

     ... et ci-dessous, un premier extrait du film :

     


    1 commentaire
  • De MF

    Grosse actualité cinéma japonais à partir de cette semaine : 

    - Sortie mercredi 24 avril de "The Land of hope" de Sono Sion au cinéma Métropole de Lille 
    Actualité cinéma

    - Diffusion de "Tu seras sumo" au cinéma Le Mélies à Villeneuve d'Ascq

    Actualité cinéma

    - Arte a diffusé la semaine dernière une version courte (55 minutes tout de même) de Tu seras sumo. A revoir pendant encore quelques heures (!!) en cliquant ci-dessous : 

    Actualité cinéma

    Et bientôt, d'autres sorties ... et aussi le Festival de Cannes avec deux films japonais en selection officielle.

    à suivre ...


    votre commentaire
  • De MF

    Samedi 16 mars / 21h15

    Le Majestic / Lille

    A Letter to Momo

    A Letter to Momo

    Hiroyuki Okiura / Japon / 2011 / 2h / VOSTF

    Momo, 11 ans, part vivre avec sa mère sur une petite île après la mort de son père. Elle garde précieusement une lettre inachevée que ce dernier lui a laissée. Alors qu'elle essaie de découvrir ce qu'il voulait lui dire, des événements étranges surviennent sur l'île.

    Le réalisateur de Jin-Roh revient après une longue absence, avec ce récit initiatique dans la veine d'un Miyazaki, auquel ont participé des pointures de l'animation japonaise.

    Dès 10 ans


    votre commentaire
  • D'Hamza (Corotzilleur historique !)

    Bonjour,

    J'ai pensé à vous en lisant cet article du Monde sur ce film sur la culture sumo qui sort demain en salles ! Une seule projection lilloise de prévue!

    Je compte y aller et peut-être redécouvrir des images du Japon qui me rendront nostalgique !



    http://combat.blog.lemonde.fr/2013/03/12/jill-coulon-je-voulais-montrer-le-quotidien-dun-apprenti-sumo/

    http://www.tuserassumo-lefilm.com/

    bonne lecture!

    Hamza


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique